Extrait, page 99

Une désolation Yasmina Reza

 

Une désolation, de Yasmina Reza (1999)q 

– Je n’aime pas votre ton, monsieur. – Fench, a dit Léo. – Je me fous de votre nom, s’est énervé Hauvette, je me fous de qui vous êtes, je n’apprécie ni votre ton, ni votre effet sur Geneviève. – Monsieur Ôvette, a dit Léo dont la modération s’effritait, si vous êtes amateur de cette répugnante complication qu’on appelle une liaison, je vous recommande madame Abramovitz, je vous recommande vivement madame Abramovitz, a dit Léo qui s’échauffait et comme Hauvette ne lâchait pas la poignée de la portière, il est ressorti de la voiture, madame Abramovitz, a dit Léo en toisant Hauvette qui entre parenthèses avait une tête de plus que lui, est un être docile, farouche, caressant et prompt à trahir, elle possède tout ce petit fourre-tout de qualités contradictoires qui vous lie par le plus bas, on ne vanterait pas autrement, notez, un bon animal domestique. – Geneviève, veux-tu que j’intervienne ? s’est insurgé Hauvette. – Madame Abramovitz aime les hommes autoritaires mon vieux, intervenez donc sans demander la permission.

Advertisements

À propos de NE

Blogueuse depuis 2006 - Parisienne et tête chercheuse - Aficionado du 2.0

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s